p.philippe

En ce mois de Marie que Thérèse aimait tant, découvrez l'article du P. Philippe de Jésus, OCD, consacré à la présence de la Vierge Marie dans la vie et dans la spiritualité de Thérèse. Il est accessible en ligne, à l'adresse suivante:

.

  L'auteur, Prieur du couvent de Lisieux, souligne le lien profond qui unit la théologie mariale de Thérèse de Lisieux et celle de saint Jean-Paul II, lui qui a proclamé Thérèse docteur de l'Eglise en 1997, qui a consacré une encyclique sur Marie Mère du Rédempteur et a affirmé que la théologie mariale de Thérèse annonçait celle du concile Vatican II.

Parcourant ensuite les événements familiaux qui témoignent de l'omniprésence de la dévotion à la Vierge Marie dans la famille Martin , le P. Philippe met en lumière le lien profond qui les unit à l'église Notre-Dame des Victoires de Paris, « petit paradis terrestre » (lettre de Louis Martin du 10 octobre 1863) et dans la vie de Thérèse, elle qui a été guérie miraculeusement par le sourire de la Vierge le jour de la Pentecôte 1883. Thérèse aura d'ailleurs confirmation de cette guérison par la Sainte Vierge lors de son pèlerinage à Notre-Dame des Victoires, pendant le voyage à Rome qu'elle effectua avec son père pour demander l'autorisation d'entrer au Carmel dès l'âge de 15 ans.

Le choix du Carmel confirme cette dévotion particulière à Marie  "'L'Ordre de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont-Carmel » . Son cheminement spirituel au Carmel se fera lors de fêtes mariales (Profession perpétuelle le 8 septembre 1890, par exemple, en la fête de la Nativité de la Vierge) ; de même l'offrande à l'amour miséricordieux qu'elle fera le jour de la fête de la Trinité (9 juin 1895) sera confié à Marie, sa "Mère chérie". Ses écrits témoignent également de cet amour profond pour la Vierge Marie, notamment la dernière poésie qu'elle écrivit, en mai1897, intitulée "Pourquoi je t’aime ô Marie." Le 8 septembre 1897, quelques jours avant sa mort, elle écrivit d’une main tremblante cette ultime prière adressée à Marie : « Ô Marie, si j’étais la Reine du Ciel et que vous soyez Thérèse, je voudrais être Thérèse afin que vous soyez la Reine du Ciel !!!.... »

Si vous souhaitez lire ou relire le poème de Thérèse intitulé "Pourquoi je t’aime ô Marie", cliquez ici