Chaque semaine, une carmélite nous partage comment elle vit un texte de Thérèse.

Photo_marie_022_b_800x600« Je ne suis qu’une enfant, impuissante et faible, cependant c’est ma faiblesse même qui me donne l’audace de m’offrir en Victime à ton Amour, ô Jésus » (MsB, 3v)

Pour ceux qui ont suivi les épisodes précédents, vous voyez que j’en reviens toujours à la même chose !

J’avais écrit cette phrase à une sœur au moment de ma profession, et pour moi cela voulait dire que j’étais devant quelque chose qui me dépassait beaucoup, beaucoup, mais voilà c’est ma faiblesse même qui me donnait l’audace de m’offrir, parce que c’est toi Seigneur qui va faire le boulot. Moi, avec mes propres forces, je me sens tellement faible, ce n’est pas possible. S’offrir en victime d’amour, c’est fou !

DSC_0625_530x800Thérèse a compris l’amour ; elle a compris que Jésus voulait être aimé. Elle le dit : « Jésus n’a pas craint de mendier un peu d’eau à la Samaritaine. Il avait soif… Mais en disant « donne-moi à boire » c’était l’amour de sa pauvre créature que le Créateur de l’univers réclamait. Il avait soif d’amour.. . Ah ! je le sens plus que jamais Jésus est altéré.» (Ms B, 1v) Cette phrase me bouleverse toujours…

Nous sommes aimés les premiers. Ce n’est pas nous qui faisons quelque chose, c’est lui qui vient à nous, nous, nous ne faisons que répondre. Et puis on passe à côté, moi je passe à côté tout le temps, je ne fais pas ce qu’il veut. N’empêche, Dieu est altéré de moi, de nous. Et je peux recueillir toute la tendresse de son amour infini pour qu’elle se déverse dans le monde. Si je suis au carmel, c’est pour répondre à cet amour de Jésus.

Mais avec cela, je ne l’ai pas rencontré, je ne le connais pas Jésus ! Depuis quarante ans que je suis au carmel, il ne s’est jamais montré, il ne m’a jamais dit quoi que ce soit ; mais pourtant, je le crois, j’en suis sûre, Jésus est altéré. Cette foi, c’est Lui qui me la donne, c’est don de Dieu. C’est parce que c’est un don de Dieu qu’on ne peut qu’en être émerveillé et désirer le communiquer. Demandons à Dieu de répondre à ce don aussi fort que possible.

 Une soeur carmélite

Pour lire les épisodes précédents, cliquez ici