Chaque semaine, une carmélite nous partage comment elle vit un texte de Thérèse.

Profession_MP_Philippe_036_800x533 Parmi les poésies de Thérèse que j’aimerais vous faire découvrir, il y a Mon Chant d’Aujourd’hui (PN5). En voici un passage que j’aime beaucoup :

« Daigne m’unir à toi, Vigne sainte et sacrée

Et mon faible rameau te donnera son fruit

Et je pourrai t’offrir une grappe dorée

Seigneur, dès aujourd’hui. »

Alors là c’est vraiment évangélique, souvenez-vous quand Jésus nous dit : « Je suis la vigne vous êtes les sarments » (Jean 15,5). On sent que c’est vraiment la Parole de Dieu qui inspire Thérèse, parce qu’elle en vit, et je tâche moi aussi d’en vivre. Elle nous montre ici qu’il faut être greffé sur le bon Dieu pour porter du fruit. D’ailleurs dans le passage que je vous citais, Jésus continue : « Celui qui demeure en moi porte beaucoup de fruit. »

Demeurer en Dieu, voilà bien ce qu’est la vie au carmel ; mais comment demeurer en Dieu tout au long de la journée ? Et bien moi… je n’y arrive pas ! J’ai un travail de repassage par exemple, et j’essaie d’y demeurer en Dieu, mais bien vite je pense à autre chose ! Et quand je fais des travaux intellectuels je ne peux pas non plus, je suis obligée d’être toute à ce que je fais. Alors comment faire pour demeurer en Dieu ? Voilà ma petite « méthode » : à la fin de chaque temps oraison, c’est-à-dire quand je vais reprendre « la vie active », je dis : « Chaque geste pour toi, chaque instant avec toi » et puis Jésus s’en contente !

Thérèse poursuit :

DSCN1359_800x600« Cette grappe d’amour, dont les grains sont des âmes

Je n’ai pour la former que ce jour qui s’enfuit

Ah ! donne-moi, Jésus, d’un Apôtre les flammes

Rien que pour aujourd’hui. »

La flamme apostolique de Thérèse ! Ce qu’elle écrit là, je le vis aussi, en particulier à l’oraison. L’apostolat, c’est notre vie. On n’est pas là pour nous, on est là pour les âmes. Chez Thérèse l’un ne va pas sans l’autre : l’amour de Dieu et l’amour des âmes.

Une sœur carmélite

Pour lire Rien que pour aujourd’hui en entier, cliquez ici

Pour lire les épisodes précédents, cliquez ici