Chaque semaine, une carmélite nous partage comment elle vit un texte de Thérèse.

DSC_0072_800x530 Cette semaine, je vous propose de découvrir la grande poésie de Thérèse sur l’abandon : L’Abandon est le fruit délicieux de L’Amour (PN52). En voici ma strophe préférée :

« Non, rien ne m’inquiète

Rien ne peut me troubler

Plus haut que l’alouette

Mon âme sait voler. »

Et puis il y a cette strophe, que les normands comprendront mieux que les autres (rire) :

« Au-dessus des nuages

Le ciel est toujours bleu

On touche les rivages

Où règne le Bon Dieu. »

DSC_0628_800x530Voilà bien ce qu’est la foi…

Il faudrait lire en entier ce texte qui dit vraiment ce qu’est l’abandon pour Thérèse. Pour moi, l’abandon, je crois que c’est accepter ; accepter tout ce qui est bon et tout ce qui est moins bon, tout ce qu’on aimerait ou n’aime pas, et cette acceptation donne la paix. J’essaie de sourire à tout. Par exemple, j’ai un handicap qui est très frustrant surtout quand on est en communauté, c’est que je suis malentendante. Chaque fois qu’en récréation les sœurs se mettent à rire, je ne sais pas pourquoi, et si je demande, bien souvent on me répète la partie que j’avais entendue ! Mais voilà, je tâche de l’accepter, et avec le sourire, c’est l’abandon.

Une sœur carmélite 

Pour lire en entier L’Abandon est le doux fruit de L’Amour, cliquez ici

Pour lire l’épisode précédent, cliquez ici