Chaque semaine une carmélite nous partage comment elle vit un texte de Thérèse.

DSC_0219_530x800« Ah ! malgré ma petitesse, je voudrais éclairer les âmes comme les Prophètes, les Docteurs, j'ai la vocation d'être Apôtre... je voudrais parcourir la terre, prêcher ton nom et planter sur le sol infidèle ta Croix glorieuse, mais, ô mon Bien-Aimé, une seule mission ne me suffirait pas, je voudrais en même temps annoncer l'Evangile dans les cinq parties du monde et jusque dans les îles les plus reculées... Je voudrais être missionnaire non seulement pendant quelques années, mais je voudrais l'avoir été depuis la création du monde et l'être jusqu'à la consommation des siècles... Mais je voudrais par-dessus tout, ô mon Bien-Aimé Sauveur, je voudrais verser mon sang pour toi jusqu'à la dernière goutte... » (Histoire d’une âme, MsB3r)


Je ne peux vous mettre en entier tout ce magnifique passage de Thérèse, que je vous encourage à relire : on y trouve tous ses grands désirs, et c’est ce qui me touche. Bon, ceci dit, quand elle explique qu’elle veut tous les martyrs, comme par exemple être brûlée comme Sainte Jeanne d’Arc, moi ça me fait peur, le feu comme l’huile bouillante (rire). Mais quand elle dit qu’elle veut être prêtre, Docteur, missionnaire… Toujours je me suis dit que si j’avais été un garçon, j’aurais été prêtre. Mais je suis une femme, et le bon Dieu a quand même bien fait les choses, parce que quand on est carmélite, on l’est pour les prêtres, et on est missionnaire par la prière, le désir et l’amour.

Monastre_arien_rogneIl est beau de voir que le désir de Thérèse de parcourir tous les continents a aussi été exaucé, par le passage de ses reliques mais aussi aujourd’hui par internet !

Jésus entend tous nos désirs et il les connait, il les exauce, j’en ai bien souvent fait l’expérience dans ma vie. Dans ma jeunesse, j’étais entrée au carmel de Reims, et pendant les trente-deux ans que j’y ai passés, j’ai désiré pouvoir me rendre en pèlerinage au carmel de Lisieux. Maintenant je suis exaucée au-delà de mes espérances, car non seulement j’y suis venue mais désormais j’y vis et fais partie intégrante de la communauté ! Au carmel de Lisieux, je me sens au cœur de l’Eglise. Et je me dis : c’était un grand désir pour moi, mais en soi, un petit désir, et le bon Dieu l’a exaucé au-delà de toutes mes espérances, alors je crois qu’il fera pareil pour les grands désirs. Alors mes désirs d’être prêtre, missionnaire, ils sont exaucés. Mais c’est dans la foi, car on ne voit pas ce que l’on fait, on ne fait que des petites choses mais si on les fait par amour, ça a un retentissement dans l’Eglise. Dieu connait notre cœur, Il voit nos désirs, et il les exauce.

Une soeur carmélite

Pour lire tout le passage du Manuscrit B, cliquez ici

Pour lire les épisodes précédents, cliquez ici