we thrsien 10dc2016

Compte-rendu de Sabine

J'ai participé au 1er we qui était organisé par le Carmel (10 et 11 décembre 2016) pour mieux faire connaître la "petite voie" aux tout venants, chrétiens de la ville ou de passage. Nous étions une cinquantaine, de tous âges et de tous bords. Arrivée de Paris très fatiguée, en retard, je n'avais pas l'esprit très disponible le samedi...

Le week end a commencé par une lecture des textes de Thérèse. Dans la nef du carmel, la lecture faite sans commentaires, sur un mode recto tono, de passages extrêmement denses de Histoire d’une âme et autres textes, était pour moi difficile à vivre, franchement... J'étais vraiment déçue.

Mais, ensuite, tout a changé!
Dimanche, deux sœurs carmélites, sous forme d'un exposé très rythmé, ont mis en lumière les difficultés qui nous empêchent d'entrer dans le texte thérésien: notamment, notre tendance à juger ce texte de l’extérieur, dont l'écriture est ancrée dans son époque, infantile, voire mièvre. Elles nous ont montré que derrière cette apparence il y a des pensées qui révèlent combien Thérèse aime, et comment passer par-delà cette première impression. Ce fut une découverte car chacune des sœurs révélait ainsi leur propre relation à Dieu...!

Après la messe, un déjeuner informel au cours duquel nous avons eu des échanges avec les sœurs et les frères carmes, qui se mêlaient à nous librement. Leur état de vie se révélait, leurs humeurs personnelles aussi : une convivialité d’une grande simplicité – on a fait sauter nos verrous.

Après le café, un temps un travail autour d'un poème de Thérèse, par petits groupes de 8 personnes : On est invité à sortir une phrase qui nous touche et nous parle personnellement de Dieu ; nos différences d’état de vie ont apporté une grande richesse : voir et découvrir comment Dieu travaille nos cœurs chacun intimement !!! Cela nous rapproche, on se reconnaît vite, pour arriver à faire place à la parole de l’autre : les personnes reportaient dans leur vie et à leur vie une phrase clé... Un rapporteur désigné a pu transmettre le fruit de nos paroles vives au groupe, après, avec un grand naturel, il y eut un échange très rythmé. Loin de tout débat ou échanges de points de vue.

On peut dire que tous les états de vie se sont croisés: laïques, vies religieuses, célibataires et couples, jeunes et moins jeunes, lexoviens ou non. Nous avons pu échanger nos adresses! J'ai apprécié chez les sœurs et pères, leurs mouvements naturels d’accueil et d’échange, très dépouillés,......

Le week-end s'est terminé par un chant .
J'ai regretté que nous n'ayons pas commencé par l’apprentissage d’un chant de Thérèse - cela aurait donné le ton !

En somme, à part le début, un peu rude, je garde un excellent souvenir de ce temps privilégié, qui m'a permis de mieux entrer dans cette "petite voie".