A la suite de Thérèse d’Avila

C’est en apprenant les malheurs qui touchaient la France et en pensant à toutes les âmes qui se perdaient parce qu’elles ne connaissaient pas Dieu que Thérèse d’Avila fonda son premier Carmel, foyer de prière pour le monde.

Notre vocation carmélitaine est un appel à entrer dans la mission du Christ : à témoigner de sa présence et de son action dans notre vie et dans l’Histoire.
Peinture ancienne Decouverte_Amerique

« Le monde est en feu, ce n’est pas l’heure de traiter avec Dieu de choses de peu d’importance. »

Thérèse d’Avila
Chemin de la Perfection



Seule avec le Seul pour être toute à tous

Globe terrestre

Une carmélite ne quitte le monde
que pour mieux l’offrir à Dieu,
ne se sépare de ses proches
que pour rejoindre l’universel.
La mission du carmel n’est pas
un apostolat de terrain,
mais une porte ouverte à l’amour de Dieu
dans le monde.

Se tenir sous le regard et l’action
du Dieu d’Amour
et ainsi rejoindre tout homme
dans ce qui le constitue fondamentalement :
l’amour et le manque d’amour.

Thérèse, proclamée par l’Eglise
Patronne des Missions,
nous montre visiblement les fruits
d’une vie toute offerte à l’amour.

" Je compris que l'Amour seul faisait agir les membres de l'Eglise, que si l'Amour venait à s'éteindre, les Apôtres n'annonceraient plus l'Evangile, les Martyrs refuseraient de verser leur sang... Je compris que l'AMOUR RENFERMAIT TOUTES LES VOCATIONS, QUE L'AMOUR ÉTAIT TOUT, QU'IL EMBRASSAIT TOUS LES TEMPS ET TOUS LES LIEUX... EN UN MOT, QU'IL EST ÉTERNEL !...
Alors dans l'excès de ma joie délirante, je me suis écriée : O Jésus, mon Amour... ma vocation, enfin je l'ai trouvée, MA VOCATION, C'EST L'AMOUR ... "

Thérèse de l’Enfant Jésus
Manuscrit B