Karol Wojtyla (1920-2005)

Jean_Paul_II On ne présente plus notre Bienheureux Pape, qui avait une grande dévotion pour Thérèse. Il la nomma en 1997 Docteur de l'Eglise, et la donnait en cette même année comme modèle aux jeunes du monde entier. A sa mort, il demanda à être enterré avec deux parchemins où était écrits les noms de ses deux plus grandes amies célestes : un pour Marie et un pour Thérèse.


"L'enseignement de Thérèse n'est pas seulement conforme à l'Ecriture et à la foi catholique, mais il excelle par la profondeur et la sagesse synthétique où il est parvenu. Sa doctrine est à la fois une confession de la foi de l'Eglise, une expérience du mystère chrétien et une voie vers la sainteté.
Elle a fait resplendir en notre temps la beauté de l'Evangile ; elle a eu la mission de faire connaître et aimer l'Eglise, Corps mystique du Christ ; elle a aidé à guérir les âmes des rigueurs et des craintes de la doctrine janséniste. Elle a contemplé et adoré dans la miséricorde de Dieu toutes les perfections divines parce que "la Justice même (et peut-être encore plus que toute autre) me semble revêtue d'amour" (MsA, 83v). Elle est ainsi devenue une icône vivante de ce Dieu qui, selon la prière de l'Eglise, "donne la preuve suprême de sa puissance lorsqu'il patiente et prend pitié".
La doctrine spirituelle de Thérèse de Lisieux a contribué à la croissance du Royaume de Dieu. Par son exemple de sainteté, de fidélité parfaite à l'Eglise Mère ainsi que par les grâces particulières qu'elle a obtenues pour de nombreux frères et soeurs missionnaires, elle a rendu un service tout particulier au renouvellement de l'annonce de l'Evangile du Christ et à l'expansion de la foi catholique dans toutes les nations de la terre.

De Thérèse, on peut dire avec conviction que l'Esprit de Dieu a permis à son coeur de révéler directement aux hommes de notre temps le mystère fondamental, la réalité de l'Evangile : le fait d'avoir reçu réellement "un esprit de fils adoptifs qui nous fait nous écrier : Abba ! Père !" La "petite voie" est "la voie de la sainte enfance". Dans cette voie, il y a en même temps la confirmation et le renouvellement de la vérité la plus fondamentale et la plus universelle : Dieu est notre Père, nous sommes ses enfants."

Extrait de Divini amoris scientia, lettre apostolique consacrée par Jean-Paul II à Thérèse