Patronne des missions


Le 14 décembre 1927, Pie XI proclamait Thérèse patronne principale des pays de mission à l'égal de saint François Xavier.
Thérèse avait un ardent désir missionnaire que Thérèse d’Avila souhaitait pour ses filles carmélites. Elle disait être entrée au carmel pour sauver les âmes. Elle aurait aimé partir pour le carmel d'Hanoï que venait de fonder le carmel de Saïgon. La découverte de sa maladie empêcha ce projet.

Carmel_Sagon_du_temps_de_Thrse

" Je voudrais parcourir la terre, prêcher ton nom et planter sur le sol infidèle ta Croix glorieuse, mais, ô mon Bien-Aimé, une seule mission ne me suffirait pas, je voudrais en même temps annoncer l'Évangile dans les cinq parties du monde et jusque dans les îles les plus reculées... Je voudrais être missionnaire non seulement pendant quelques années mais je voudrais l'avoir été depuis la création du monde et l'être jusqu'à la consommation des siècles "
Manuscrit B, 3 r°

Abbe BelliereAdolphe RoullandEn 1895, sa prieure lui confie le le Père Bellière, séminariste songeant à la mission en Afrique. Elle est attentive à sa formation comme prêtre et comme homme, et se montre patiente et encourageante, affectueuse et ferme. Puis sa prieure lui confie un deuxième missionnaire, le P. Roulland des Missions Etrangères de Paris, en partance pour la Chine. Thérèse écrit au P. Roulland lorsqu'il commence son travail missionnaire en Chine. Elle collabore totalement avec lui dans son apostolat. Chacun d'eux considère comme sien ce que l'autre réalise.

Au lendemain de la canonisation de Thérèse en 1925, un pétition demandant que Thérèse soit proclamée patronne des missions est adressée au Pape, d'abord par les évêques missionnaires du Canada, puis par tous ceux qui, dans le monde entier, adhérèrent avec enthousiasme à la requête (232 au total).
Le 14 décembre 1927, Pie XI proclamait Thérèse patronne principale des pays de mission à l'égal de saint François Xavier.