JEAN DE LA CROIX

1542-1591
Réformateur de l’Ordre à la suite de Thérèse d’Avila

Né dans une famille aristocrate espagnole, il fait ses études et devient carme. Il rencontre alors Thérèse d'Avila, réformatrice de l'Ordre du Carmel, qui lui demande de prendre en charge l'ordre masculin du carmel, ce qu'il accepte. Il fonde l'ordre des Carmes déchaussés. Il accompagne spirituellement les sœurs de l'Ordre du Carmel, avant d'être enfermé par les autorités de ce même ordre, qui refusent sa réforme. Jean de la Croix développe alors une forte expérience mystique, connue comme celle de la "nuit obscure", qu'il décrit et développe tout au long de sa vie à travers des traités tels : La montée du Carmel, La nuit obscure, La vive flamme d'Amour, ou encore Le cantique spirituel, dans lesquels il cherche à décrire le chemin des âmes à Dieu. Après avoir été nommé prieur de divers couvents de carmes déchaussés, il est à la fin de sa vie mis au ban de sa communauté, et meurt en décembre 1591. Béatifié en 1675, canonisé en 1726, il est proclamé Docteur de l'Eglise en 1926. Jean de la Croix


Des paroles de Lumière et d’Amour

L'âme embrassée d'amour ne fatigue ni ne se fatigue.
(PLA 95)

Si l'âme cherche son Dieu, son Dieu la cherche avec infiniment plus d'amour.
(VF b, strophe 3 § 28)

Au soir, on t'interrogera sur l'amour,
apprends donc à aimer Dieu comme il veut être aimé
et laisse là ce que tu es. (PLA 58)

Et toi, qu'attends-tu, puisque dès maintenant tu peux aimer Dieu dans ton coeur?
(PLA 26)

Le Père a dit une parole qui est son Fils,
Et il la dit toujours dans un éternel silence
Et c'est dans ce silence que l'âme l'entend.
(PLA 69)

Le langage que Dieu comprend le mieux est le silencieux amour.
(Lettre 22)
Jean de la Croix avait l’habitude de concrétiser son accompagnement par une formule brève, souvent exigeante, parole de lumière et d’amour, appropriée à son interlocuteur, pouvant l’exciter à la ferveur.


La montée du carmel

Dans ce passage, Jean de la Croix fait parler Dieu le Père :

Fixe les yeux sur lui seul [le Christ]
Tu trouveras en lui, au-delà de ce que tu peux désirer et demander...
Je t'ai tout dit, tout révélé, tout manifesté en te le donnant pour
Frère, pour Compagnon, pour Maître, pour Héritage et pour Récompense. (IIMC22,5)

Jean de la Croix nous donne ici un chemin pour connaître Dieu.

Cantique spirituel

Où t’es-tu caché, ami ?
Ô âme, la plus belle des créatures de Dieu, toi qui désires si ardemment savoir où se trouve ton Bien-Aimé,
afin de le chercher et de t’unir à lui, voici qu’on te le dit :
Tu es toi-même la demeure où il habite, la retraite où il se cache.
Voici que le Royaume de Dieu est au-dedans de vous (Lc 17,21 ).
Réjouis-toi, exulte en ton recueillement,
Dans la compagnie de Celui qui est si proche de toi.
Adore-le en toi-même et garde-toi de le chercher au dehors.

(B strophe 1 commentaire)

Jean de La Croix compose le Cantique spirituel, ce « Chant entre l’âme et l’Epoux » dans le cachot de Tolède où il est enfermé en 1578. Puis il en écrit le commentaire.

La Source

Bien sais-je la source qui jaillit et fuit,
Malgré la nuit !
Cette source éternelle bien est celée,
Et pourtant sa demeure, je l'ai trouvée,
Malgré la nuit !
Elle est là criant vers toute créature
Qui de cette eau s'abreuve, mais à l'obscur,
Car c'est de nuit !
Cette source vive à qui tant me convie
Mon désir, je la vois en ce pain de vie,
Malgré la nuit !

Jean de La Croix est considéré comme un des très grands poètes espagnols. Beaucoup de ses poèmes ont jailli de la nuit du cachot de Tolède où il avait été emprisonné.

Lire le texte complet de la poésie...

Le Pastoureau

Un Pastoureau, esseulé, s'en va peiné.
Il n'est plus pour Lui, ni plaisir, ni liesse,
Car II songe à sa pastourelle sans cesse,
Le coeur d'amour tout navré.

Il ne pleure pas que l'amour L'ait blessé.
D'être ainsi dolent, là n'est pas sa douleur,
Bien que sa douleur Lui poigne le coeur,
Mais Il pleure en pensant qu'Il est oublié.

Or, à ce seul penser qu'Il est oublié
De sa belle pastourelle, en grande peine
Il se laisse outrager en terre lointaine,
Le coeur d'amour tout navré.

Las! dit le Pastour, à celui male chance
Qui loin de son coeur mon amour a chassé,
A qui ne veut plus jouir de ma présence
Et M'a laissé le coeur d'amour tout navré !

Puis, longtemps après, lentement il monta
Sur un arbre où Il étendit ses beaux bras ;
Et Il mourut, par eux toujours attaché,
Le coeur d'amour tout navré.

Croix peinte par Jean de la Croix

Jean de la Croix écrit ce poème en 1582-1584.
Devant une image du Christ, il fut saisi d’une extase douloureuse et écrivit ces quelques vers exprimant la peine qu’il ressentait en voyant le Christ donner sa vie pour les hommes.
Et il peignit cette image.