LT 201 au P. Roulland, 1er novembre 1896

…Vous me promettez, mon Frère, de continuer chaque matin de dire au St Autel : «Mon Dieu, embrasez ma soeur de votre amour», je vous en suis profondément reconnaissante et je n'ai pas de peine à vous assurer que vos conditions sont et seront toujours acceptées. Tout ce que je demande à Jésus pour moi, je le demande aussi pour vous ; lorsque j'offre mon faible amour au Bien-Aimé, je me permets d'offrir le vôtre en même temps. Comme Josué vous combattez dans la plaine, moi je suis votre petit Moïse, et sans cesse mon coeur est élevé vers le Ciel pour obtenir la victoire. O mon Frère, que vous seriez à plaindre si Jésus Lui-même ne soutenait les bras de votre Moïse !... Mais avec le secours de la prière que tous les jours vous adressez pour moi au Divin Prisonnier d'amour, j'espère que vous ne serez jamais à plaindre, et qu'après cette vie pendant laquelle nous aurons ensemble semé dans les larmes, nous nous retrouverons joyeux portant des gerbes en nos mains…

Thérèse de l'Enfant Jésus
rel. carm. ind.

Thérèse est entré au Carmel pour « sauver les âmes et prier pour les prêtres.»
A la demande de sa prieure, elle avait pris en charge deux prêtres dont le Père Roulland, missionnaire en Chine.
Celui-ci deviendra un frère spirituel pour elle.